Microsoft a mis fin au support du navigateur Internet Explorer en Juin 2022. Pour une expérience d'achat améliorée et un affichage du site optimal, nous vous recommandons une mise à jour vers le navigateur Edge.

Monnaie, France, Cent

2006

€5
Si vous le souhaitez vous pourrez commander un certificat d’authenticité pour cet article de collection après son ajout au panier.
Description détaillée

4.96 gr

  • Pays : France
  • Valeur faciale : Cent
  • Année : 2006
  • Type de produit : Monnaie
Références de l'article de collection
Référence catalogue NumisCorner : 1135999
Monnaie, France, Cent, 2006

Garanties d'authenticité

Depuis sa fondation en 1977, notre entreprise familiale est entièrement dévouée à la Numismatique.

NOS GARANTIES

  • Produits expertisés et authentifiés par deux experts numismates
  • Remboursement de la commande si une autorité reconnue remet en question l’authenticité du produit
  • Certificat d’authenticité signé et daté à votre demande
  • Agrément de NumisCorner par les principales associations et sociétés de grading
  • Photo du produit réel, vous recevez ce que vous voyez
  • Grading à la demande disponible après ajout au panier de votre monnaie
  • Grading gratuit pour tout article de collection d’une valeur supérieure à 500 €

Agréments Internationaux

Nous sommes membres des principales organisations internationales en Numismatique

  • American Numismatic Society (ANS n°11680)
  • American Numismatic Association (ANA n°3175551)
  • Asian Numismatic Society (ANS)
  • International Bank Note Society (IBNS n°11418)
  • Paper Money Guaranty (PMG n°3721)
  • Professional Coin Grading Service (PCGS n°1048758)
  • Numismatic Guaranty Corporation (NGC n°3721)
  • Revendeur agréé Monnaie de Paris
Monnaie, France, Cent, 2006

Livraison et Retours

Toutes les infos sur la livraison de votre commande.

Modes et coûts de livraison

Conditions de gratuité :

  • Vers l'international : 10 EUR si commande < 150 € gratuit au delà
  • Vers la France : livraison offerte dès 150 €

Autres cas :

  • En lettre simple (sans signature) : 3 €
  • En lettre recommandée (remise contre signature) : 6 €

Délais de livraison

Nous mettons tout en oeuvre pour vous envoyer votre commande le plus vite possible, tout en maximisant la sécurité de l'envoi. Certains envois nécessitent des formalités administratives particulières, en fonction du monnayage ou de la destination par exemple.

Dans la majorité des cas, votre commande est envoyée dans les deux à cinq jours ouvrés qui suivent la validation du paiement. Le délai dépend également de votre méthode de paiement qui doit être validé par nos procédures anti-fraudes.

Notez que 100% des articles présents en catalogue sont en stock et disponibles pour une préparation immédiate.

Assurance

Chaque commande est assurée à 100% jusqu'à réception chez vous. En plus de l'assurance transporteur, nous couvrons tous nos envois contractuellement avec une assurance privée et spécialisée en numismatique. Dès que votre paiement est validé, vous recevrez un mail contenant votre lien de tracking, et toutes les informations concernant la livraison.

Retour

Vous pouvez changer d'avis et retourner votre commande sous 30 jours.

Après examen de la monnaie, vous recevrez un remboursement intégral de votre achat.

Les produits retournés doivent l'être de manière sécurisée, dans leur état d'origine avec l'emballage d'origine livrés par un transporteur approprié qui fournit un numéro de tracking.

Soyez 100% satisfait ou obtenez un remboursement intégral.

Monnaie, France, Cent, 2006

Informations sur les paiements

Faites vos achats sur NumisCorner.com en toute confiance.

Vos informations personnelles sont protégées, encryptées et sécurisées.

Modes de paiement

Nous acceptons les modes de paiement suivants :

  • Paypal
  • Cartes de crédit (Visa, Mastercard, Carte Bleue)
  • Virement bancaire
  • Chèque
  • Paypal Crédit pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie

Facilités de paiement

Payez en plusieurs fois : un paiement en 3 mois est possible pour tout achat supérieur à 1000€. C'est un service gratuit, sans frais. Contactez-nous pour en discuter.

Sécurité

Toutes les transactions sur ce site internet sont protégées et vos informations de paiement sont encryptées dans un environnement sécurisé.

Votre commande sera envoyée discrètement dans un paquet neutre, 100% assuré, que vous pourrez localiser.

Monnaie, France, Cent, 2006

Une question ?

Une question à propos de cet article ?

Nous y répondrons le plus vite possible dès réception de votre message !

Avec cet article de collection, vous acquérez également :
La France

La France

  • Position géographique : Europe de l’ouest
  • Régime politique actuel : République constitutionnelle unitaire semi-présidentielle
  • Capitale actuelle : Paris

L’Histoire dans les grandes lignes

Après de longues périodes d’occupations diverses, notamment par les romains, puis les invasions barbares des premiers siècles, c’est la conquête de la Gaule par le chef franc Clovis à la fin du Vème siècle qui préfigure de la naissance du Royaume de France et de la dynastie mérovingienne. Celle-ci sera suivie, au VIIIème siècle, par celle des carolingiens avec l’arrivée au pouvoir en 751 de Pépin le Bref.

Ce dernier et surtout son fils, Charlemagne, accroissent le territoire de manière exponentielle.

En effet, à la fin du VIIIème siècle, ce sont plus d’un million de kilomètres carrés qui sont sous la coupe du tentaculaire empire carolingien. En 800, Charlemagne est sacré empereur d’Occident.

A la mort de l’empereur, l’empire est finalement démantelé pour des raisons d’héritage. C’est son fils Charles qui hérite de la Francie Occidentale, qui couvre alors environ ⅔ du territoire actuel de la France. Se met alors en place un système féodal basé sur trois ordres : le clergé, la noblesse et le tiers-état et où le pouvoir royal tient relativement peu de place.

En 987, Hugues Capet inaugure la dynastie capétienne qui régnera plus de 8 siècles et fera évoluer la place du pouvoir royal. Au XIIème siècle, Philippe Auguste reconquiert une grande partie du territoire et, en 1190, le nom de France est employé de manière officielle.

Au XIIIème siècle, l’heure est à la religion et aux croisades avec Saint Louis.

Le XIVème siècle est quant à lui celui des grandes crises, la Guerre de Cent Ans contre les anglais, l’épidémie de peste noire de 1347 et diverses insurrections qui l’assombrissent. A la fin de XVème siècle, la Renaissance est amorcée en France avec notamment le règne de François Ier.

En 1539, le français devient la langue administrative officielle du royaume grâce à l'ordonnance de Villers-Cotterêts.

A l’aube du XVIème siècle, débute une lutte de longue haleine entre Charles Quint et le Saint-Empire romain germanique d’un côté et la France et François Ier - puis Henri II - de l’autre. Au gré de traités divers et variés, le territoire français est fluctuant.

Dans le même temps, la Renaissance flamboie. Léonard de Vinci est à la cour de François Ier et les châteaux de la Loire s’élèvent un à un, Blois, Chambord, Chenonceau… En 1535, Jacques Cartier découvre la Nouvelle France (futur Canada).

La seconde partie du XVIème siècle est marquée par les guerres de religions. En 1572, des milliers de huguenots (protestants) sont massacrés à la Saint-Barthélémy. C’est finalement le roi Henri IV (ancien protestant converti) qui y met fin avec l’Edit de Nantes, promulgué en 1598.

Le XVIIème siècle est celui de la monarchie absolue, des complots et des intrigues de cours. Si les Valois en étaient friands, les Bourbon se montrent à la hauteur de leurs royaux prédécesseurs. Henri IV assassiné, c’est Marie de Médicis, mère du jeune Louis XIII, qui devient régente. En 1617, Louis XIII fait assassiner le favori de celle-ci, Concini, et reprend la main, conseillé par le cardinal de Richelieu. De nouveau, les conditions de vie des protestants deviennent compliquées.

C’est également l’époque de la centralisation. L’atelier monétaire de Paris devient le plus important au détriment de ceux des provinces. Dans le même temps, c’est la reprise des hostilités avec le Saint-Empire romain germanique et la Guerre de Trente Ans.

Louis XIII décède en 1643 et le Soleil tarde à se lever.

Anne d’Autriche est régente, conseillée par le cardinal Mazarin. Après une accession au pouvoir difficile notamment en raison de la Fronde, Louis XIV s’installe finalement sur le trône, toujours accompagné du fidèle Mazarin. Le règne est long, parsemé de guerres, de grandes réformes et d’efforts constants de centralisation du pouvoir. L’édit de Nantes est révoqué.

Dans le même temps, la France rayonne sur le monde et les fastes de Versailles impressionnent. On colonise la Nouvelle France, la Guadeloupe ou encore la Louisiane.

Au XVIIIème siècle, c’est l’ère des Lumières sous le règne de Louis XV. C’est aussi la triste ère des négriers et du colonialisme. Si en Europe le territoire français s’étend, gagnant notamment la Corse ou la Lorraine, la fin de la Guerre de Sept Ans a pour conséquence des pertes coloniales importantes comme la Nouvelle France. La France ne conserve que quelques comptoirs en Inde.

A la fin du XVIIIème siècle et lors l’arrivée de Louis XVI au pouvoir, les finances sont au plus bas, minées par les guerres menées par ses prédécesseurs. La monarchie absolue a fait long feu. Le règne de Louis XVI prend fin avec la Révolution Française.

Arrivé au pouvoir en 1774, Louis XVI est finalement décapité en 1793.

En 1799, Bonaparte clôt le chapitre révolutionnaire avec le Consulat puis devient Napoléon Ier et fait de la France un empire. Si le personnage est controversé, il est également à l’origine de nombreuses réformes institutionnelles qui subsistent encore de nos jours. Il fonde notamment la Banque de France et rétablit les finances.

C’est également une époque de guerres incessantes et d’expansion à marche forcée. Napoléon Ier subit toutefois quelques revers notables comme la désastreuse campagne de Russie. En 1814, la France est envahie et l’empereur abdique. C’est le retour des Bourbon et de la royauté au pouvoir avec Louis XVIII qui semble stabiliser la situation. C’est compter sans la pugnacité de Napoléon qui fera son grand retour pour les Cent-Jours avant d’être définitivement exilé à Sainte-Hélène après la bataille de Waterloo.

Suite à ce bref intermède, Louis XVIII et la Restauration reprennent la main. Mais si Louis XVIII sait être conciliant, son successeur, Charles X, commet l’erreur de vouloir pleinement restaurer l’ancien régime dans une France post-révolutionnaire. En 1830, c’est la révolution des Trois Glorieuses. Les Bourbon cèdent la place aux d’Orléans par l’intermédiaire de Louis-Philippe, roi des Français (et non plus de France, et la différence est de taille).

En 1848, la Seconde République voit le jour. Suffrage universel masculin et abolition de l’esclavage sont votés. La jeune république peine toutefois à s’imposer et fait le lit du coup d’état habilement mené par Napoléon Louis Bonaparte à la fin 1851. Retour à l’empire, sous Napoléon III.

La France fait encore sa révolution, mais industrielle cette fois.

Le crédit et la création de sociétés sont facilités et de grands travaux sont entrepris comme notamment ceux d'Haussmann à Paris. La politique étrangère française se mêle de diverses guerres en tant qu’alliée, asseyant ainsi son importance. C’est finalement la guerre contre la Prusse qui sonnera le glas de l’empire en 1870. Retour à la république. La troisième tentative sera la bonne.

La Troisième République est proclamée en 1870 et perdure jusqu’en 1940.

Si le XIXème siècle est chaotique, au début du XXème siècle, l’heure est au modernisme et aux grandes réformes : liberté de la presse, syndicalisme, création d’associations et de partis politiques, divorce… L’heure est également aux symboles : buste de Marianne représentant la république, Marseillaise en tant qu’hymne national et 14 Juillet jour de fête nationale.

En 70 ans, la troisième république verra passer une Guerre Mondiale, les années folles et une crise économique majeure, mondiale elle aussi.

Les années défilent, la république demeure…

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Après la défaite de 1940, l’Occupation, la Résistance et la Libération, il est temps de refonder la République. C’est la naissance de la quatrième du nom, en 1946.

Tout est à reconstruire et la période est celle d’une grande croissance économique mais aussi celle de la modernisation et de nationalisations stratégiques, augurant des Trente Glorieuses. La politique étrangère s’avère toutefois plus délicate : la décolonisation est en marche. A la guerre d’Indochine, succède la guerre d’Algérie… et la fin de la Quatrième république.

Le 1er juin 1958, le général de Gaulle demande la rédaction d’une nouvelle constitution.

La Cinquième république est née.

La France est encore sous ce régime semi-présidentiel de nos jours.

Monnaies françaises

La France a connu, au cours de son histoire, plusieurs monnaies, plusieurs systèmes monétaires et de nombreuses périodes de transition. De Charlemagne jusqu’au XIème siècle, il est parfois complexe de s’y retrouver. Charlemagne impose pour son empire un système basé sur le denier argent, système qui perdure jusqu’à la Révolution.

Une livre vaut alors 20 sous et 240 deniers.

Rappelons à toutes fins utiles que la livre est une unité de poids pour évaluer la quantité de métal précieux qui doit être présente dans une monnaie.

Dans un premier temps, la livre Parisis (de Paris donc) circule et continue de côtoyer d’autres monnaies jusqu’en 1667. La livre Tournois (atelier de Tours) est censée la remplacer dès le XIIIème siècle. Il est cependant à noter que de la mort de Charlemagne à l'avènement d’Hugues Capet, le pouvoir royal a peu d’impact sur l’émission des monnaies et, avec le système féodal, la moindre petite baronnie se fait fort de frapper ses propres monnaies.

Au XIème siècle, sa majesté Hugues Capet tape du poing sur la table et les choses se régulent.

L’effigie du roi apparaît désormais sur toutes les frappes. Le franc fait ensuite ses premières (et brèves) apparitions.

Tout d’abord le franc or dit “à cheval” de Jean II le Bon en 1360. Il est ensuite abandonné pour revenir en 1575, sous Henri III. Il est en argent et il vaut alors une livre. Il est de nouveau laissé pour compte sous Louis XIII et l’écu prend sa place.

En 1640, Louis XIII procède à une grande réforme monétaire.

Il garde l’écu or (5 livres tournois), crée le fameux louis d’or qui vaut deux écus (soit environ 11 livres et 2 sols), introduit l’écu argent (6 livres) et le liard en cuivre. Le système perdure alors jusqu’à la Révolution française.

La Révolution marque les “vrais” grands débuts du franc.

On commence toutefois doucement, se contentant de supprimer l’effigie de Louis XVI sur les monnaies en 1792. A cette époque a lieu également la première diffusion de “papier monnaie”, avec les assignats. C’est en 1795 que naît le franc révolutionnaire et que le système décimal est mis en place. Un franc argent se divise alors en 10 décimes et 100 centimes, il remplace la livre tournois et vaut officiellement 1 livre 0 sol et 3 deniers. En 1799, toute comptabilité doit être obligatoirement tenue en franc.

En 1803, le franc germinal fait son apparition.

On a alors des monnaies d’¼, ½, ¾, 1, 2 et 5 francs en argent ainsi que des monnaies de 20 et 40 francs en or (les fameux “Napoléon”).

Avec la Première Guerre mondiale, l’économie mondiale est fortement secouée. En 1928, le franc Germinal fait place au franc Poincaré qui marque une dévaluation de 80% de feu le franc Germinal. La Grande Dépression suit, puis la Seconde Guerre mondiale et les dévaluations également.

En 1958, le général de Gaulle lance une grande réforme monétaire. C’est la naissance du nouveau franc qui vaut alors 100 “anciens” francs.

En janvier 2002, c’est la fin du franc, et l’euro est mis en circulation.

Les grandes inventions

Les français ont inventé, entre autres, la baïonnette (Vauban, 1671), le niveau à bulle (Melchisédech Thévenot, XVIIème siècle), le bidet (XVIIIème siècle), le réverbère (Dominique-François Bourgeois, 1744), l’automobile (Nicolas Joseph Cugnot et Amédée Bollée, XVIIIème et XIXème siècle), l’eau de Javel (Claude-Louis Berthollet , 1785), la montgolfière (les frères Montgolfier, 1783), la guillotine (docteur Guillotin, 1789), les allumettes (Charles Sauria, XIXème siècle), le stéthoscope (René Laennec, 1819), la photographie (Nicéphore Niépce, 1825), la bande Velpeau (Velpeau, 1860), la poubelle (Eugène Poubelle, 1884), le cinéma (Louis et Auguste Lumière, 1895), le néon (Georges Claude, 1910) ou encore l’horloge parlante (Ernest Esclangon, 1933) .

Illustration: "Boulevard parisien" par Akseli Gallen-Kallela (1885)

Dans la même collection

France